Accéder au contenu principal

La fête des mères


Fêtes des mères ? Happy mothers day? 


Il y a quelques années, je (Me) disais que ça devrait être la fête des mères tous les jours à l'instar de la journée des femmes, la journée internationale des droits de la femme.
Une femme devrait recevoir des cadeaux tous les jours ? Un bouquet ? Un poème ? De l'attention ?
De la reconnaissance ? De l'amour ? Tous les jours ? 

Non ? Oui ?

La charge mentale qui pèse sur les femmes, mamans, épouses, compagnes est lourde, conséquente et surtout disproportionnée. En ces temps et notamment depuis que je suis maman de deux enfants tout gérer seule tout en ne l'étant pas vraiment est compliqué, éreintant, rageant ! 

J'ai fait des choix celui de mettre ma "carrière" entre parenthèses et d'être pleinement à la maison. Je ne dirais pas pour élever mes enfants cela serait un abus de language. En travaillant, j'élève mes enfants et les aime tout autant. Je ne dirais pas que je les vois moins peut être le mercredi après midi vu qu'ils sont scolarisés et parfois gardés en halte garderie en semaine. Le week-end et soirs de travail, je fais en sorte de leur accorder des temps de qualité et d'être présente pour eux. Malgré la fatigue, malgré la vie malgré tout.
Faire des enfants et devenir maman est une chose qui a fondalement et profondément changer la personne que je suis et ce que je ressens :💕
Aimer et avoir des petits êtres qui dépendent de soi pour les besoins élémentaires.
Aimer et ne plus compter les heures ni la fatigue cumulée.
Regretter parfois et se plaindre de la fatigue et de sa vie et regretter de telles pensées car mes enfants je les aime.
Vouloir avoir du calme, comme dirait mon 1er fils "respirer un peu" et me languir et être impatiente d'aller les récupérer, à la crèche ou chez mamie.
Mes enfants ont aussi une mamie, qui est ma maman et qui m'aide à souffler en les prenant en me déchargeant en m'aidant.
Les grands-mères quand elles le peuvent, le veulent et/ou le désirent peuvent être de véritables alliées
Mais parfois et de nos jours ne faut il pas se demander si cela n'est pas la place première des pères/compagnons/maris...

De l'annonce de la grossesse à l'accouchement en passant par le suivi de cette dernière.
Le retour à l'hôpital, les lessives et le ménage à gérer : est-ce à maman ou à belle-maman de se substituer au père ? Car fatigué d'être resté à la maternité ou tout simplement car c'est un homme et qu'il ne veut pas.
Pourquoi le congé parental n'est pris qu'en majorité par les femmes.
Pourquoi les jours de congé paternité pour le conjoint n'est plus long afin qu'il s'imprégne ? Puisse prendre le relais et être un relais et un parent à part entière.
Pourquoi la maman en congé maternité doit gérer les nuits car papa travaille ? Et que papa est fatiguée ?
Non un bouquet de fleurs, une tasse, une gourmette, un diamant ? Ne peuvent effacer des mois, années de servitude, de manque de sommeil, d'abnégation ...
Une collobaration efficace au quotidien et ce dans tous les domaines : éducation des enfants, leur suivi médicaux, les rdv avec les professeurs, les rdv chez le spécialiste. Et pareil pour les activités extra scolaires.
Le bien être des enfants semble, à mon sens, beaucoup reposer sur les épaules des mères.
Et quand on en a beaucoup sur les épaules : craquage, burn-out maternel, crises existentielles, remises en question, séparation, violence.
La fête des mères à été instaurée par Napoléon Bonaparte pour célébrer jadis les mères de famille nombreuses.
Mesdames, mamans ou pas. N'attendez pas que l'on vous célèbre pour exister. Exiger une collaboration totale et ferme de la gestion du foyer. Occupez-vous en priorité de vous mêmes et de vos enfants. Pour bien prendre soin d'eux il faut prendre soin de soi. Et n'oubliez jamais en cas de dépréssurisation, dans les airs, il est recommandé de porter son propre masque à oxygène avant de le mettre sur les plus petits.
Prenez une bonne bouffée d'oxygène pour pouvoir l'insufler à votre vie, vos projets et vers ce qui compte pour vous.
Tout cela n'engage que moi. Et il existe des hommes qui prennent leur rôle de père et de partenaires au sérieux. Qui prennent des congés parentaux, changent les couches, lavent leurs enfants et leur cuisine de quoi manger, qui se levent la nuit pour les bercer, les changer les nourriture, qui prennent et emmènent leurs enfants à leur rdv médicaux, aux activités sportives. Des pères qui s'intéressent aux devoirs, aux parcours scolaires de leur enfants, de leur bien-être physique et mental. Je sais qu'il existe car mon père est exemplaire de ce côté ci. Et j'en ai de la chance
Vive les femmes. Élèvez vos enfants, faites les grandir pour qu'ils prennent et aient leur place dans la société. Une femme a droit à l'épanouissement, d'être indépendante, ambitieuse, réservée, forte et ne doit pas être reléguée en deuxième division.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

2019

Cette nouvelle année commence avec une extra grasse mat pour mes enfants. 🤣 Ce qui signifie plus de temps pour moi. Nous avons besoin de plus de temps pour chacun de nous. Et cette année la liste de mes résolutions est courte mais significative  : - M'offrir une montre : reprise de la marche à pied et de la course à pied. J'ai un semi marathon à préparer. Poursuite de mes activités habituelles. Il va falloir s'organiser... - Trouver du boulot et pas n'importe lequel  ... Je suis maman au foyer depuis bientôt 2 ans. 2 années durant lesquelles j'ai pu m'occuper de mes enfants, voyager, profiter de la vie à leur côté, voir ma nièce, voir mon papa. Nous avons déménagé et quitté Paris pour la province . J'ai appris à tricoter (un peu), à dompter ma machine à coudre. J'ai tout donné pour mes enfants, je suis fière de ce que j'ai accompli et de l'éducation que je leur donne même si peut mieux faire. Peut beaucoup mieux faire même.  J

Totalement cramée ...

Jeudi 11 octobre 2018, est-ce la fin d'une ère ? Fin de l'ère du n'importe quoi ?  L'ère des matins à courir à courir après mini-panda, répéter au grand panda de mettre ses chaussures dix fois de suite ? Le programme du jour, bien établi dans ma tête depuis la veille, se détricote dès les premières minutes ... dès le réveil. Mon réveil n'a pas encore sonné ... 6h05, je me réveille avec une douleur lancinante dans le bras et dans l'épaule gauche. Je pense tout de suite à l'.A.VC. Mon taux de cholestérol actuel frise des sommets. Et je me vois déjà en train d'essayer de composer le 112 et de tenter de bégayer mon malaise. Et puis j'y pense, je n'ai pas encore rédigé mon testament. Et puis non c'est surement dû à une contracture de plus, mon corps et mes épaules sont actuellement surchargés : le poids du monde, de ce monde qui m'incombe. Il faut se lever, mini-panda se lève me prend par la main, il veut me mener vers son repas. Il veut